Juste avant le crépuscule

de Stephen King

Quatrième de couverture


Se trouver au mauvais endroit au mauvais moment n’est jamais enviable. Mais se trouver au mauvais endroit au mauvais moment dans une histoire de Stephen King est bien pire encore ! Le premier recueil de nouvelles de King depuis Tout est fatal (2004) : 13 histoires dans la lignée des meilleurs épisodes de Twilight Zone, 13 histoires bien méchantes qui « ouvrent une trappe entre la réalité et cette période crépusculaire où tout, absolument tout, est possible. » Un recueil qui mêle brillamment suspense, humour noir et rebondissements.

Le sentiment d'Aristide


Quand je reviens en arrière de quoi… huit ans à peine, je souris à la pensée de l’annonce proclamée en première page d’Entertainment Weekly selon laquelle Stephen King avait décidé de prendre sa retraite. Pourquoi ? Parce que suite à cette annonce à l’époque très médiatisée, le rythme des publications de l’auteur ne s’est en rien ralenti ! En effet, il y a quelques mois est sorti en France un recueil de nouvelles intitulé Juste avant le crépuscule, recueil qui précède d’à peine quelques mois la sortie française de la traduction du roman Under the dome.

Recueil de treize nouvelles (évidemment !), dont une seule est une reprise néanmoins jamais éditée en recueil, Juste avant le crépuscule est une mine de plaisirs qui ouvre « une trappe entre la réalité et cette période crépusculaire où tout, absolument tout, est possible »… Grâce aux petites introductions de King en tête de chaque nouvelle, d’une part, mais aussi et surtout parce qu’il écrit sur ses propres peurs, et qu’il sait si bien nous les communiquer. Comme il le dit lui-même : « un récit doit distraire aussi celui qui l’écrit », et je suis persuadée qu’il atteint cet objectif à chacune de ses productions !

Ça part souvent d’un tout petit rien, une chose a priori dérisoire qui prend des proportions gigantesques et dramatiques. Stephen King voyage aux frontières du crépuscule et prend un malin plaisir à torturer des « gens comme les autres », ce qui lui a valu le Prix Bram Stoker du meilleur recueil en 2009. Profitant de l’occasion, son éditeur français, Albin Michel, a décidé de proposer simultanément les versions papier et numérique. L’e-book devrait être vendu 10% moins cher que le livre papier.

Pour finir, une autre citation, juste pour le plaisir ! « Ma mère m’a dit un jour que si un homme se torche le derrière et voit du sang sur le papier-toilette, sa réaction sera de chier dans le noir pendant les trente jours suivants, en espérant que tout s’arrangera tout seul. Elle se servait de cet exemple pour illustrer sa conviction que la pierre de touche de la philosophie masculine était : « Ignore le problème, il disparaîtra peut-être » ! »

Pour plus d'informations


Nombre de pages : 416
Cycle : Aucun
Éditeur : Albin Michel
Date de parution : Mars 2010
Souvenirs de voyage : ♥ ♥ ♥ ♥

L'alliance des trois

de Maxime Chattam

Quatrième de couverture


Personne ne l'a vue venir. La Grande Tempête : un ouragan de vent et de neige qui plonge le pays dans l'obscurité et l'effroi. D'étranges éclairs bleus rampent le long des immeubles, les palpent, à la recherche de leurs proies... Quand les enfants se sont éveillés, la Terre n'était plus la même. Désormais seuls, ils vont devoir s'organiser. Pour comprendre. Pour survivre. À cet Autre-Monde.

Le sentiment d'Aristide


L’Alliance des Trois, de Maxime Chattam, un livre dont j’avais très envie de parler… Parce que Maxime Chattam, accessoirement fan de Stephen King, est un romancier que j’apprécie énormément. Auteur de thrillers à succès, il a su prendre conscience des connaissances qu’il faut avoir pour ce genre d’écrits, et a suivi une année de formation en criminologie, à apprendre les rudiments de la psychologie criminelle, de la police technique et scientifique et de la médecine légale. De quoi intégrer à ses histoires des détails si réalistes qu’ils leur donnent littéralement corps. Chapitres courts, suspens et rebondissement à gogo, scènes d’horreur, mais héros qui conservent malgré tout une part d’humanité… Chattam connaît toutes les ficelles et les utilise sans le moindre scrupule pour nous embarquer dans son univers.

Pourtant, avec sa nouvelle saga intitulée Autre-Monde, il change littéralement de registre, sans crainte du danger que cela pourrait constituer pour sa carrière. Il revient à ses premières amours, celles qui lui avaient inspiré son premier livre, Le 5ème Règne. Il nous offre un monde nouveau, un monde à la Stephen King, et ce qui devait, au départ, former une trilogie, sera finalement développé sur 7 volumes ! Autre-Monde  s’adresse clairement à un public de jeunes adultes. Moins noir que ses thrillers habituels, le style n’en est pas moins toujours aussi efficace, et on accroche immédiatement.

A aucun moment, l’intérêt qu’on éprouve d’emblée pour les deux héros ne faiblit. On les suit dans cette exploration du monde d’après la Tempête, on découvre avec les eux les changements irréversibles de la nature et de l’Homme. Classique, me direz-vous. Peut-être, mais la sauce prend plutôt bien, les personnages sont attachants, l’intrigue, le mystère au rendez-vous. Bien des questions demeurent à la fin de ce premier volume, mais le second est d’ores et déjà sorti, on en reparle très très vite !

Pour plus d'informations


Nombre de pages : 496
Cycle : Autre-monde, tome 1
Éditeur : Albin Michel
Date de parution : Novembre 2008
Souvenirs de voyage : ♥ ♥ ♥ ♥ ♥

up