Nuit noire, étoiles mortes

de Stephen King

Quatrième de couverture


1922 : Un fermier du Nebraska assassine sa femme avec la complicité de leur fils pour l'empêcher de vendre sa propriété à un éleveur de porcs. Le début d'une véritable descente aux enfers dans un univers de violence et de paranoïa.
Grand Chauffeur : Un auteur de polar se fait violer sauvagement au bord d'une route. Rendue à moitié folle par l'agression, elle décide de se venger elle-même de l'homme et de son effrayante complice...
Extension Claire : Un homme atteint d'un cancer, fait un pacte faustien avec un inconnu : en échange d'un peu de vie, il vend un ami d'enfance dont il a toujours été jaloux pour souffrir (ô combien !) à sa place...
Bon Ménage : Une femme découvre par hasard qu'elle vit depuis plus de vingt ans aux côtés d'un tueur en série. Que va-t-il se passer maintenant qu'il sait qu'elle sait...

Le sentiment d'Aristide


Nuit noire, étoiles mortes... C'est dans un drôle d'univers que je me suis aventuré cette fois à la recherche d'Archibald. L'auteur, du nom de Stephen King, seigneur d'une obscure petite province du Maine, est réputé être un maître de l'horreur, mais il est ici question d'horreur psychologique, avec des histoires dont les évènements m'ont mis terriblement mal à l'aise, avec l'étrange sensation d'être un voyeur observant la déchéance de gens a priori parfaitement normaux.

La première histoire était celle d'un fermier entraînant son fils unique dans l'assassinat de son épouse pour quelques arpents de terre dont elle était propeiétaire et qu'elle désirait vendre. Un récit qui m'a semblé un peu longuet, je n'ai pas su m'attacher aux protagonistes. Il était pourtant intéressant de voir comment ce brave homme travailleur pouvait basculer dans une espèce de folie meurtrière et réveiller sa part de ténèbres. Intéressant, et carrément morbide, il faut bien le dire !

Dans Grand chauffeur, à ma grande honte, je n'ai pas réussi à me défaire d'une sorte d'admiration pour cette femme qui décide de se faire justice elle-même en se vengeant de l'homme qui l'a violée et de son écœurante complice. Tout en moi me criait pourtant que c'était mal, que ce n'était absolument pas un exemple à suivre pour Archi ! Mais l'effrayante précision de l'auteur à retranscrire les émotions de son héroïne m'a tout bonnement fait basculer dans cette histoire.

Les deux dernières nouvelles sont plus classiques, bien que l'immoralité de la première puisse s'avérer choquante. Comment se débarrasser de la malédiction qui pèse sur soi en la refilant à son meilleur ami ! Sans le moindre scrupule, sans le moindre regret en plus. Cette histoire avait quelque chose d'extrêmement réjouissant, j'ai presque honte à nouveau de le reconnaître.

Un recueil équilibré dans lequel j'aurais préféré ne trouver aucune trace de mon jeune acolyte. Tout cela n'est pas de son âge... Mais à vous, je vous le conseille vivement ! Je l'ai moi même découvert en compagnie de : Kahlan, Tous les livres, Tiffany, Jolly Roger, Piplo, Lysandre...

Pour plus d'informations


Nombre de pages : 483
Cycle : Aucun
Éditeur : Albin Michel
Date de parution : Mars 2012
Souvenirs de voyage : ♥ ♥ ♥ ♥

up