Les gardiens des souvenirs

de Robin Hobb

Quatrième de couverture


Les gardiens des dragons sont bloqués sur la rive du fleuve du Désert des Pluies qui fait face à Kelsingra, la légendaire cité des Anciens. Seule Gringalette, la dragonne de Kanaï, est capable de voler, et Alise Finbok l'utilise pour visiter la cité et tâcher d'en révéler les mystères avant que l'afflux probable de prospecteurs ne la dénature et n'en chasse les fantômes. Pendant ce temps, Leftrin est reparti sur le Mataf à Cassaric pour refaire des provisions, et les gardiens luttent pour survivre et pour fournir de quoi manger à leurs dragons, incapables de se débrouiller seuls, et peu enclins à faire les efforts nécessaires pour gagner leur autonomie. Les tensions s'accroissent entre les grandes créatures, à demi infirmes mais pleines d'une morgue propre à leur espèce. Cependant le Désert des Pluies n'est pas leur seul ennemi ; les envoyés du duc de Chalcède, en quête d'organes de dragons pouvant sauver leur maître, se rapprochent...

Le sentiment d'Aristide


Je m'étais déjà forgée mon opinion à la lecture des volumes précédents : la saga Les cités des anciens est clairement plus basée sur les relations entre les personnages et leur évolution, que sur l'intrigue somme toute assez pauvre que Robin Hobb y développe. Attention, je ne dis pas que ce n'est pas bien, je suis une grande fan de l'auteur depuis que j'ai mis la main sur le premier tome de L'assassin royal, mais là, clairement, je déconseillerais de découvrir l'auteur avec cette série.

Pourquoi ? J'aurais aimé éviter de revenir une énième fois sur le découpage français qui nuit clairement à cette histoire, mais c'est difficile parce que dans Les gardiens des souvenirs, il ne se passe quand même pas grand chose, quand on y regarde de plus près. Et je ne peux m'empêcher de penser - d'espérer ? - que c'est essentiellement dû à ce fameux découpage, qui rendrait bancale n'importe quelle œuvre, quelle que soit ses qualités par ailleurs. Et je préfère ne pas évoquer le prix de ces 250 malheureuses pages !

Bref, pour en revenir à ce rythme un peu molasson, ça ne m'a pas trop dérangée en fait, j'adore les dragons, j'adore l'univers du désert des pluies, j'adore la plume de l'auteur qui sait si bien nous attacher à ses personnages. Mais en toute objectivité, j'attendais davantage de la découverte de Kelsingra, et si les progrès laborieux des dragons ne sont pas inintéressants, tout tourne un petit peu trop autour de ça, justement. Ce tome m'a réellement fait l'effet d'une première partie, dans laquelle l'auteur se serait concentrée sur la mise en place de son intrigue, et n'est-ce pas réellement ce dont il s'agit, en réalité ?

Il n'est pas question pour moi de ne pas lire la suite, soyons claire, mais j'aimerais davantage de dynamisme, j'espère que l'auteur saura se recentrer sur son intrigue et la faire avancer, au moins un petit peu !
 

Pour plus d'informations


Nombre de pages : 259
Cycle : Les cités des anciens, tome 5
Éditeur : Pygmalion
Date de parution : Mai 2012
Souvenirs de voyage : ♥ ♥ ♥

La furie des dragons

de Michael A. Stackpole

Quatrième de couverture


Les armées de Chytrine déferlent. Vivants et morts ravagent royaumes et cités dans leur quête des fragments de la Couronne du Dragon qui, une fois recomposée, rendra l’impératrice invincible. Face à elle se dresse la belle et audacieuse Alexia, princesse d’Okrannel, entourée de héros inattendus : Résolu, un Vorquelfe exilé décidé à se venger, Kerrigan Reese, un mage doté d’un pouvoir incertain, et enfin, le jeune Will, voleur orphelin des bas-fonds qui pourrait réaliser une ancienne prophétie… ou en être la victime innocente. Leur seul atout : un fragment vital de la Couronne du Dragon et… tout leur courage ! Mais est-ce assez pour freiner la terrifiante horde surgie des ténèbres ?

Le sentiment d'Aristide


Voilà de longs mois que j'ai lu le premier tome de La guerre de la couronne, de Michael A. Stackpole ; je me souviens, c'était à l'occasion d'un Festival du Livre de feu le Cercle des Huit, un forum dédié aux admins de jeux par forum, ça commence à dater. Pourtant, je me souviens très bien de la fin de Forteresse Draconis, époustouflante. Et si l'action reprend exactement là où on l'a laissée, l'adrénaline retombe comme un soufflet trop tôt sorti du four ! L'auteur a pris le parti de tisser patiemment une nouvelle trame, avec de nouveaux personnages. Une décision un peu déstabilisante pour moi...

Malgré tout, c'est avec grand plaisir que j'ai retrouvé les anciens protagonistes. Ils s'étoffent ici, prenant en main leur destinée après avoir gagné en maturité. La mise en place de la nouvelle intrigue est assez lente, au début, c'est vrai, mais elle s'accélère rapidement et nous entraîne dans une espèce de marathon qui s'achève en beauté, et nous laisse épuisés sur la ligne d'arrivée. Complots, intrigues politiques, jeux de pouvoir mais aussi scènes d'action et grandes batailles, c'est de la fantasy classique mais vraiment épique. Je me demande ce que va donné la suite, et je compte sur une véritable apothéose !

Finalement, le seul vrai reproche que l'on peut faire à La furie des dragons, c'est de suivre de trop nombreux personnages sur de trop vastes territoires. J'avoue que par moments, je m'y perdais un peu, et puis histoire de chipoter un peu, le titre laissait présager la présence de davantage de dragons ! Vous l'aurez compris, j'ai beaucoup apprécié ce roman, et le final m'a laissée sur les dents. La grande croisade, dernier tome de la saga, devrait rejoindre ma pile à lire dans très peu de temps !

Pour plus d'informations


Nombre de pages : 576
Cycle : La guerre de la couronne, tome 2
Éditeur : Milady
Date de parution : Décembre 2009
Souvenirs de voyage : ♥ ♥ ♥ ♥

up