La stratégie Ender

de Orson Scott Card

Quatrième de couverture


Il y a cinquante ans, la flotte terrienne a réussi à repousser l'attaque des doryphores... Aujourd'hui pourtant, une nouvelle invasion menace. Un programme militaire pour la formation des futurs commandants de la flotte est en cours, mais le temps est compté. Parmi les élèves-officiers — tous des surdoués —, Andrew Wiggin, dit Ender, focalise toutes les attentions. Appelé à devenir un puissant Stratège, il est le jouet des manipulations de ses supérieurs depuis sa naissance... et cela le dépasse. Car c'est entre ses mains que repose le sort de l'humanité. Et Ender n'a que six ans.

Le sentiment d'Aristide


La fin justifie les moyens... Telle pourrait être la maxime qui est au cœur de ce roman de Orson Scott Card, que j'ai reçu dans le cadre de la dernière Masse Critique de Babelio. C'était mon tout premier voyage en compagnie de cet auteur, et j'ai absolument adoré ! Pas d'entrée en matière à rallonge, on est très rapidement plongé au cœur de l'histoire de cet enfant pas comme les autres qu'est Ender.

Premier point fort, le personnage principal : Andrew Wiggin, dit Ender, 6 ans au début du roman. J'ai été extrêmement touchée par ce petit garçon esseulé et manipulé à l'extrême, dont le cerveau sur-développé le pousse sans cesse à se poser toujours plus de questions sur les raisons qu'ont les autres d'agir de telle ou telle manière avec lui, ou sur ses propres réactions face aux situations difficiles auxquelles il est confronté. J'ai lu pas mal de critiques sur le postulat de départ de cet ouvrage : Ender n'a que six ans et il a les réactions d'un jeune homme beaucoup plus âgé. Personnellement ça ne m'a pas choquée, dans le sens où il est clairement établi que l'école de guerre ne prend que des enfants surdoués, d'une part, et que chez les Wiggin, l'intelligence semble être une affaire de famille !

La science-fiction est omniprésente dans cet ouvrage, que j'ai trouvé extrêmement moderne bien qu'il date des années 80. En effet, notre histoire se déroule alors que l'humanité est en guère contre une race extraterrestre proche des insectes, elle forme ses futurs chefs militaires à grands coups de simulations : reproduction des conditions d'apesanteur de l'espace dans des salles dédiées, étude de stratégies de combat à l'aide de simulations vidéos... La narration choisie par l'auteur colle parfaitement à l'état d'esprit de son héros. On assiste aux séances d'entraînement de Ender, et des chapitres entiers dédiés à des batailles entre armées se succèdent, parfois un peu lassants pour nous, lecteurs. Mais c'est à l'image de la lassitude de notre jeune héros, qui finit par être totalement obsédé par le jeu, jusqu'à ce qu'il s'aperçoive que les dés sont pipés et décide brusquement de cesser de lutter... Mais à chaque fois, ses maîtres trouvent le moyen de réactiver sa détermination, ils trouvent LA cause qui vaut tous les efforts qu'on lui demande, et par là même le rebondissement qui relance notre intérêt.

On ne sort pas indemne d'une telle lecture. Comment ne pas se poser des tas de questions d'ordre moral ou éthique ? La fin justifie-t-elle réellement les moyens ? Jusqu'où un homme, un enfant en l'occurrence, peut-il s'adapter, encaisser tout ce qu'on lui fait subir, avant de craquer complètement et de devenir un légume ? La violence n'appelle-t-elle pas inutilement la violence ? Quant à la fin, je ne l'ai pas vue venir une seule seconde ! J'ai grandement apprécié à la fois la surprise que l'auteur me réservait, et le côté humaniste qu'il développait. Une magnifique découverte...


Que vous aimiez Yasmina Khadra ou Musso, Peter Watson ou Astérix, Babelio vous invite toute l’année à découvrir des critiques littéraires ou des avis de lecteurs en allant sur Babelio.com.

Pour plus d'informations


Nombre de pages : 380
Cycle : Le cycle d'Ender, tome 1
Éditeur : J'ai Lu
Année de parution : 2013
Souvenirs de voyage : ♥ ♥ ♥ ♥ ♥

up