Le cycle de Z'arkán, tome 1

de Vanessa Du Frat

Quatrième de couverture


Alia, 2340 - Un étrange signal apparaît sur les écrans de surveillance ECO. Ludméa, jeune stagiaire envoyée sur le terrain pour chercher son origine, se retrouve en pleine tempête, au cœur de la forêt de Gonara. L’affaire semble intéresser de près Ruan Paso, directeur adjoint des départements militaires pour la recherche scientifique, un homme plein de secrets.
Terre, 2066 - Les jumeaux Line et Lúka tentent de survivre sous le joug d’un père violent, obsédé par ses manipulations génétiques. Leur existence triste et routinière est chamboulée le jour où Lúka désobéit aux ordres en laissant s’évader un sujet d’une importance capitale… ce qui ne restera pas sans conséquences pour le futur.

Le sentiment d'Aristide


Au début de l’année, mon amie Kahlan, du blog eTemporel, proposait, à qui voulait bien participer, une lecture commune du premier tome de l’étonnante saga Les enfants de l’Ô, de Vanessa Du Frat. L’auteur avait en effet décidé de republier gratuitement sur son site, chapitre par chapitre chaque lundi matin, ce premier opus intitulé Le cycle de Z'arkán, tome 1. C’était l’occasion de le lire à plusieurs, tous au même rythme ou presque, et j’ai bien sûr décidé de participer.

Dès les premières lignes, on est plongé dans une intrigue très étrange, avec une jeune femme enceinte jusqu’aux yeux qui fuit dans la forêt, en pleine tempête. Lyen a été enlevée à sa famille dès son plus jeune âge et a subi, depuis qu’elle est en âge de procréer, nombre d’inséminations artificielles. D’emblée, la tension qui se dégage de cette première scène est palpitante, et mon enthousiasme était à la mesure de cette entrée en matière. Dès lors, le récit alterne entre deux époques et deux lieux distincts, deux planètes pour tout vous dire, dont on ne tarde pas à comprendre qu’elles sont reliées par une espèce de portail.

Ce qui se dégage avant tout de ce roman où le secret est élevé comme un culte, c’est cette sombre part de mystère, justement. Alors vous allez me dire que c’est sans doute une très bonne chose, mais à la longue, c’est quand même la frustration qui l’emporte, parce que nombre de points sont loin d’être résolus à la fin. A trop vouloir préserver son intrigue et s’attacher aux moindres détails de la vie de ses personnages, Vanessa Du Frat ne réussit qu’à émousser notre intérêt. En effet, les deux histoires d’amour à la « Je t’aime, moi non plus », de Ruan/Ludméa d’une part et Lúka/Line d’autre part, finissent par devenir ennuyeuses au possible, et c’est bien dommage...

Amateurs de science-fiction, prenez garde, ce n’est pas vraiment le propos de ce roman ! Pour l’apprécier pleinement, mieux vaut chérir les mystères irrésolus, ou résolus en partie seulement, et les histoires d’amour dramatiques. Quant à moi, je lirai sûrement la suite, parce que j’ai quand même envie d’avoir le fin mot de l’histoire, mais ce ne sera pas pour tout de suite.

Pour plus d'informations


Nombre de pages : 440
Cycle : Les Enfants de l'Ô
Éditeur : Chromosome
Année de parution : 2013
Souvenirs de voyage : ♥ ♥ ♥

Le journal de Bridget Jones

de Helen Fielding

Quatrième de couverture


Célibataire londonienne de 30 ans, Bridget Jones décide de tenir un journal intime et de prendre des bonnes résolutions : arrêter de fumer, perdre du poids et surtout trouver enfin un petit ami correct. Daniel Cleaver le coureur de jupons ? Ou Mark Darcy le psycho-rigide ? Ce livre fait largement écho à Orgueil et Préjugés de Jane Austen (noms, caractères, histoire...), mais avec une vision contemporaine et extrêmement humoristique. Helen Fielding approche de manière réussie et corrosive sa société dans ce roman ainsi que dans sa suite, Bridget Jones : L'âge de raison.

Le sentiment d'Aristide


Qui ne connaît pas Bridget Jones, ne serait-ce que par l’intermédiaire des deux films sortis au début des années 2000 ? J’avais adoré ces films à l’humour très rafraîchissant, et je me suis enfin décidée à me lancer dans le premier des trois livres de la saga d’Helen Fielding dont ils sont issus. Un grand merci au passage à Gabrielle, qui me l’a offert dans un swap organisé sur l’Imag’In Café. Le journal de Bridget Jones nous propose donc les chroniques délirantes d’une célibataire londonienne de 30 ans, célibataire et sans enfant.

Il est vraiment très rare que l’adaptation cinématographique d’un livre soit meilleure que son original, et c’est pourtant tout à fait ce que j’ai ressenti ici. Comme le veut son titre, le roman se présente sous la forme d’un journal intime, dans lequel Bridget nous expose tous ses petits problèmes, de poids, relationnels et surtout sentimentaux. Mais autant je l’avais trouvée attendrissante et drôle dans le film, autant elle m’a paru ici futile et un peu bête, presque agaçante pour tout dire. A moins que ce ne soit tout bonnement parce que j'ai moi-même mûri, allez savoir !

Bon après, l’auteur manie parfaitement le style « journal intime » et les situations toutes plus délirantes les unes que les autres restent amusantes, je ne dis pas le contraire. Bridget prend sans cesse de bonnes résolutions qu’elle s’empresse d’oublier l’instant d’après ! Mais je ne me suis pas franchement retrouvée dans ce personnage pas si attachant, tout compte fait. On cherche à nous faire croire que chacune d'entre nous est Bridget Jones, quelque part, mais j'ose espérer que ce n'est pas le cas !

Bref, une lecture bien fade à côté d’un film qui m’avait beaucoup fait rire, c'est assez rare pour mériter d'être signalé. J’avais l’intention de lire toute la saga, mais pour le moment, je n’en ai plus réellement envie.

Pour plus d'informations


Nombre de pages : 338
Cycle : Bridget Jones
Éditeur : J'ai Lu
Année de parution : 2013
Souvenirs de voyage : ♥ ♥ ♥ ♥

Les yeux de Leïlan

de Magali Ségura

Quatrième de couverture


Il est un royaume mystérieux que l'on nomme Leïlan, le pays des Illusions. Depuis qu'un drame affreux a frappé la famille royale, ses frontières sont fermées et son peuple est opprimé par l'infâme duc Korta. Une rencontre pourrait tout changer : celle d'un jeune messager, Axel, et d'une fascinante jeune fille aux yeux bleus. Mais un secret entouré de sorcellerie les sépare et rend leur amour impossible. Pourtant, autour d'eux, l'espoir renaît : un justicier insaisissable met les hommes du duc en échec. Qui est ce héros dont l'identité cachée est jalousement défendue ? Quelle est cette étonnante compagnie qui partage ses exploits ?

Le sentiment d'Aristide


Voilà un roman qui m’intriguait depuis pas mal de temps ! Pourquoi ? Je ne sais pas très bien au juste, car personne dans mon entourage ne l’a encore lu et n’a donc pu me le conseiller... J'ai l'impression que tout le monde achète ce livre un peu par hasard, et les avis sont assez tranchés. Certains ont été réellement conquis quand d'autres se sont plaints de personnages clichés et d'un manque d'originalité. Quoi de mieux que de se faire son propre avis, n'est-ce pas ?

En toute honnêteté, j'avoue avoir été un peu déçue, même si je ne savais pas très bien à quoi m'attendre. C'est de la fantasy, certes, mais de la fantasy extrêmement classique et sans réelle originalité, je partage ce sentiment. Cela reste plaisant à lire, mais l'intrigue laisse un arrière goût de déjà-vu et c'est dommage, j'attendais tellement plus de ce pays des illusions. Les personnages quant à eux sont attachants mais, encore une fois, ils sont stéréotypés au possible, et un petit peu creux, pas assez aboutis. Ils manquent cruellement de consistance, on voit presque à travers, comme des fantômes !

En réalité, j'ai envie de dire que cela ressemble à de la fantasy jeunesse, sans forcément de connotation péjorative, mais disons qu'on reste un peu trop à la surface des choses, et les nobles sentiments sont bien trop présents à mon goût. Et le style de l'auteur n'y est pas pour rien, c'est comme si elle marchait sur des œufs ! Malgré tout, cela se laisse lire, bien que le début soit un peu laborieux, mais cela ne marquera sûrement pas les esprits, en tous cas pas le mien, beaucoup trop classique.

Un roman qui plaira peut-être à ceux qui découvrent le genre, mais que les habitués trouveront bien fades d'autant que l'on devine l'unique retournement de situation avant même d'avoir commencé le livre... Sans réelle saveur.

Pour plus d'informations


Nombre de pages : 347
Cycle : Leïlan
Éditeur : Milady
Année de parution : 2008
Souvenirs de voyage : ♥ ♥ ♥

up