World War Z

de Max Brooks

Quatrième de couverture


La guerre des zombies a eu lieu, manquant éradiquer l’ensemble de l’humanité.L’auteur, en mission pour l’ONU et poussé par l’urgence de devoir préserver les témoignages directs des survivants de ces années apocalyptiques, a voyagé dans le monde entier pour les rencontrer, dans les cités en ruine qui jadis abritaient des millions d’âmes jusqu’aux coins les plus inhospitaliers de la planète. Il a recueilli les paroles d’hommes, de femmes, parfois d’enfants, ayant dû faire face à l’horreur ultime. WORLD WAR Z en est le résultat. Jamais auparavant nous n’avions eu accès à un document de première main aussi saisissant sur la réalité de l’existence – de la survivance – humaine au cours de ces années maudites. Depuis le désormais tristement célèbre village de Nouveau Dachang, en Chine, là où l’épidémie a débuté avec un patient zéro de 12 ans, jusqu’aux forêts du Nord dans lesquelles – à quel prix ! – nombre d’entre nous ont trouvé refuge, en passant par les Etats-Unis d’Afrique du Sud, cette chronique des années de guerre reflète sans faux semblants la réalité de l’épidémie. Par-dessus tout, cet ouvrage a su retranscrire au plus près la dimension humaine, parfois pathétique, de cet événement sans précédent. Prendre connaissance de ces comptes-rendus parfois à la limite du supportable demandera un certain courage au lecteur. Mais l’effort en vaut la peine, car rien ne dit que la 2ème Guerre mondiale sera la dernière.

Le sentiment d'Aristide


Les zombies et moi, cela fait généralement deux, voire plus, mais un ami m’a collé ce bouquin dans les mains, et je n’ai pas voulu lui faire de la peine, alors je l’ai lu ! Étonnement, j’ai beaucoup aimé. C’est un livre unique de part sa forme. L’angle sous lequel est racontée cette histoire m’a très agréablement surprise : une enquête journalistique menée aux quatre coins du monde pour mesurer l’ampleur de l’épidémie et ses conséquences. Cela se présente sous la forme de témoignages et c’est ce qui confère à ce livre une vraie dimension réaliste et intéressante.

On se retrouve avec des personnages déterminés, qui se démarquent et savent faire preuve de l’audace indispensable dans ce genre de situation. Toutes les descriptions sont très détaillées, crédibles et terrifiantes aussi. Le monde est confronté à d’autres problèmes que la pandémie : c’est la panique et on assiste à des réactions bien différentes selon les gouvernements, certains ferment leurs frontières, d’autres poussent les gens à fuir. Il y aussi l’appauvrissement des ressources, la chute démographique, la pollution liée aux nombreux incendies.

Ce sont tous ces aspects que j’ai adoré. On n’écrit pas une histoire de zombies pour faire du gore, mais en imaginant les conséquences de leur présence sur l’Humanité. C’est un récit assez cru mais bien différent de ce que j’imaginais, celui d’une lutte désespérée. J’ai vraiment beaucoup aimé, et je le recommande volontiers aux adeptes de morts-vivants comme aux autres !

Pour plus d'informations


Nombre de pages : 544
Cycle : -
Éditeur : Editions Le Livre de Poche
Année de parution : 2013
Souvenirs de voyage : ♥ ♥ ♥ ♥

Génèse

de Maxime Chattam

Quatrième de couverture


Traqués par l’empereur et par Entropia, Matt, Tobias, Ambre et les leurs doivent fuir et rallier des terres inconnues pour s’emparer du dernier Cœur de la Terre avant qu’il ne soit détruit. Mais le monde souterrain qu’ils découvrent ne grouille pas seulement de dangers. Il recèle d’incroyables révélations. La guerre est proche. Les sacrifices nécessaires. L’ultime course-poursuite est déclarée. Autre-Monde s’achève et livre enfin tous ses secrets.

Le sentiment d'Aristide


Il fut une époque pas si éloignée où Maxime Chattam était clairement mon auteur préféré. Je lisais tout de lui, trépignant d’impatience dès la parution. Et puis quelques déceptions successives m’ont un peu éloignée de lui et voilà que je tergiverse. Y compris pour la saga Autre-Monde que pourtant j’adore. C’est donc avec un an de retard que je me suis lancée dans Génèse, et pas mal d’oubli de ce qui s’était passé dans les tomes précédents.

C’est avec un immense plaisir que j’ai retrouvé l’Alliance des Trois et l’ambiance si particulière qui se dégage de cette série de romans jeunesse. Ce dernier tome est dans la lignée des précédents, plein de rebondissements et de découvertes. On apprend beaucoup de choses, même si on se doutait bien de certaines ; on réfléchit sur la manière dont nous vivons et ses conséquences sur la planète, notre entourage, notre vie elle-même ; et jamais on ne s’ennuie parce que le rythme est assez soutenu.

Finalement, Ambre, Tobias et Matt ont beaucoup évolué depuis le premier tome. Ils ont grandi, parce qu’il le fallait bien, mais se sont efforcés de le faire en conservant leur âme d’enfant. Et c’est sans le moindre doute ce qui les sauve, ou en tous cas ceux qui restent. Car ce n’est pas vraiment une Happy End que nous propose ici l’auteur, non, c’est quelque chose de plus subtile qui a su me convaincre. Une saga qui va vraiment me manquer, et j’espère que l’auteur tiendra sa parole et nous proposera bientôt de nouveaux romans dans le même univers.

Pour plus d'informations


Nombre de pages : 622
Cycle : Autre Monde, tome 7
Éditeur : Editions Albin Michel
Année de parution : 2016
Souvenirs de voyage : ♥ ♥ ♥ ♥ ♥

up